"Cartes Sur Table" - Agatha Christie.

Publié le par Evilysangel

Cartes Table

 

 

J'ai toujours du mal à lire les enquêtes d'Hercule Poirot : j'entends sans cesse la voix de celui qui double David Suchet dans les téléfilms. Mais, depuis quelques temps j'évite d'en regarder pour mieux entrer dans ces romans... Bien m'en a pris puisque cette enquête m'a embarqué dès ses débuts.

 

Au cours d'une exposition, Hercule Poirot rencontre un bien étrange personnage qui le convie à un non moins étrange dîner. En effet, notre célébre détective Belge y croise Mr Shaïtana, sorte d'excentrique arborant continuellement, et à desseins, une tenue et une attitude méphistophélique des plus dérangeante. Personnage atypique et prétentieux, grand collectionneur de raretés, Mr Shaïtana est aussi un odieux manipulateur comme nous le montrera la scène du dîner.

 

Ce fameux dîner! parlons-en justement.

 

Mr Shaïtana convie quatre fins limiers et quatre individus qu'il soupçonne d'être des assassins... Ou du moins d'avoir commis des méfaits jusque là impunis. Ils constituent les «échantillons rares» d'une de ses collections aussi improbable qu'hallucinante puisqu'ils sont, comme aime à le penser l'excentrique Shaïtana, le dessus du panier en matière de criminels. "... ceux qui ne se sont pas fait pincer, les malins, ceux qui réussissent. Les assassins qui se la coulent douce et que la moindre suspicion n'a jamais effleuré." (p. 11).

 

Au cours de ce dîner, où tous seront mis de plus en plus mal à l'aise face aux insinuations à double sens de leur hôte, nous faisons connaissance avec ces quatre supposés criminels : le Docteur Roberts qui semble avoir une réputaion sans faille ; Mme Lorrimer, femme d'une soixantaine d'années, élégante et stylé, bien née et très distinguée ; le Major Despard, bel homme que l'on pourrait qualifier d'explorateur aventurier ; et enfin Miss Meredith qui détonne un peu au milieu de ses autres "co-suspects" puisqu'elle adopte une attitude toujours très humble, l'air de ne pas y toucher...

 

Face à eux, notre célébre Hercule Poirot avec ses petites cellules grises toujours en éveil ; l'auteur de romans policiers Ariane Oliver, qui n'a pas la langue dans sa poche et dont le caractère de femme émancipée n'est pas sans faire penser à Dame Agatha elle-même ; le chef de la police Battle, très à l'aise dans les hautes sphères de Scotland Yard ; et également le Colonel Race, bel homme distingué qui, dit-on, évoluerait dans les Services Secrets...

 

La confrontation semble beaucoup amuser Mr Shaïtana qui invite ses convives à s'installer à deux tables de bridge à la fin du repas. Assis près de la cheminée, il se délecte volontiers du "spectacle" de ces joueurs de cartes. D'autant qu'il n'a pas manqué, pendant toute la durée du repas, de distiller son venin... Laissant ses invités plus que dubitatifs sur le pourquoi de cette soirée... Malheureusement pour lui, il a très certainement eu le mot de trop, l'insinuation par trop compromettante, pour l'un de ses "échantillons rares", puisqu'il termine la soirée poignardé!

 

"Excusez-moi, mais personne ne touchera le cadavre avant l'arrivée du médecin légiste. Mesdames et messieurs, M. Shaïtana a été assassiné!" (p. 30).

 

De là débute l'enquête qui se fera à quatre voix. Quatre voix très différentes d'ailleurs puisque aucun d'entre eux n'a la même approche, ni le même mode de fonctionnement. Le chef de la policce Battle avance de façon très académique, Hercule Poirot y va plus à l'instinct, Mme Oliver se sert énormément de son intuition féminine tandis que le Colonel Race réagit avec un grand pragmatisme...

 

Je me suis beaucoup amusée à suivre le cheminement des "petites cellules grises" d'Hercule Poirot en action lors de ses "interrogatoires" des suspects... Je mets le mot "interrogatoires" délibéremment entre guillemets car ils ressemblent plus à des conversations qu'à des questionnaires à proprement parler. J'ai parfois bien ri aussi. Notamment lorsqu'il interroge le Docteur Roberts et qu'il avoue parfois avoir recours à des techniques d'autres policiers :

 

"Roberts écarquilla les yeux.

«Vous éveillez en moi un souvenir, monsieur Poirot.

- Vous pensez à Sherlock Holmes, n'est-ce pas? Le curieux incident du chien dans la nuit. Le chien n'avait pas aboyé. C'est le curieux de l'histoire. Hum... que voulez-vous, je n'hésite pas à emprunter parfois les petits trucs des autres.»" (p.95).

 

Ariane Oliver m'est apparue plus qu'attachante également. Elle ne s'embarrasse pas spécialement des convenances et dit ce qu'elle a envie de dire, au moment où elle en a envie et à qui de droit, sans se préoccuper du rang de ses interlocuteurs ou des circonstances. L'auteur lui octroie d'ailleurs un très long monologue (pages 72-73) où elle explique sa façon d'écrire avec beaucoup d'humour et d'ironie.

 

Bizarrement, les figures féminines de l'histoire m'ont semblées beaucoup plus fouillées que celles des hommes... Sauf peut-être pour le Docteur Roberts qui m'est apparu fourbe et énigmatique pendant de nombreuses pages... Le calme inhérent à sa profession peut parfaitement dissimuler un assassin... Le Major Despard, lui, m'est apparu plus comme un opportuniste que comme un criminel froid et stoïque. Mais bon, le meurtre de Shaïtana est bel et bien un meurtre d'opportunité justement... Mme Lorrimer fait bien trop classe pour être une meurtrière... Non, non, non!... Ce ne peut pas être elle!... Et pourtant? Elle cache peut-être trop bien son jeu en étant si douée au bridge, non?... Quant à Miss Meredith, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession comme on dit... Mais elle n'en est pas moins une coupable en puissance... Que s'est-il réellement passé pour qu'elle quitte sa dernière place de façon aussi prompte?... Comment se fait-il qu'une jeune fille de si petite condition ait attiré l'attention du collectionneur fou?... De nombreuses questions se posent et chaque personnage est une énigme à lui tout seul... Mais tout cela ne sera résolu qu'en toute fin de roman...

 

Agatha Christie oeuvre avec méthode et humour pour mener son lecteur par le bout du nez... Et je m'y suis laissée mener avec délectation. Je connais cette histoire : je l'ai vu plusieurs fois jouée cette histoire... J'ai même eu des doutes sur le véritable coupable dès le début... Je me disais que c'était par trop flagrant si c'était bien cette personne qui avait commis le meurtre... Mais je me suis fait avoir quand même! Et avec délice encore... Du coup, j'ai passé mon temps à changer de coupable tout au long de ma lecture... Et pourtant! L'auteur elle-même m'avait averti dans son avant-propos, presque aussi ambigu que certains des quatre suspects de cette histoire...

 

J'ai adoré la façon dont elle nous suggère, pour chacun d'entre eux, que ce pourrait bien être le coupable, mais... C'est ce "Ah oui!... Mais non..." qui m'a le plus attirée dans ce récit... Quasiment au point de se faire des noeuds au cerveau à force de tergiverser sur la culpabilité ou l'innocence des uns et des autres...

 

D'autant plus que l'auteur décrit parfaitement bien et entièrement ses personnages ; et dans leurs attitudes et dans leur tournure. L'effet d'attachement aux protagonistes en est d'autant plus grand. Je me surprenais à faire mes commentaires à voix haute tellement j'étais sidérée parfois "Ah mais non! Mais c'est pas possible! Mais quel odieux bonhomme!...", "Oh mais la pauvre, on dirait pas comme ça...", "Ah beurk! Quel faux-cul celui-là..." Et bien d'autres encore...

 

Evidemment, je ne peux qu'encourager la lecture de ce "Cartes sur Table" qui est un récit riche en rebondissements et autres révélations incroyables!... Aussi bien en ce qui concerne les suspects que les "enquêteurs" d'ailleurs...

 

Ce roman est ma toute première participation (il était temps!...) au Challenge initié par George

challange-agatha-christie

 

 

Références de l'exemplaire lu : Agatha Christie - Cartes sur Table (Cards on Table) - Traduit par Louis Postif - Paru en Novembre 1968 - Le Livre de Poche/Policier - 256 pages - 0.50€ en occasion.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Mon Coin Lecture.

Commenter cet article

Carole Nipette 19/05/2011 14:17



J'en ai lu des Agatha mais je n'ai pas l'impression de connaître celui-là...


Bises



Evilysangel 09/06/2011 14:42



Il me semble que c'est un des titres qui fait partie des moins connus... Mais il est intéressant du fait que Poirot n'a pas Hastings à ses côtés et qu'il y ait aussi cette espèce de
compétition avec les autres "enquêteurs" que l'on croisera dans d'autres enquetes aussi...



MyaRosa 16/05/2011 18:50



Moi c'est encore pire... J'ai lu mon premier Agatha Christie il y a à peu près un an... Mais bon, je compte bien me
rattraper et je suis bien contente d'en avoir autant à découvrir. Je n'ai toujours pas fait connaissance avec Miss Marple.



Evilysangel 16/05/2011 19:15



L'important c'est que tu aies fait une découverte qui te plaise en tant que lectrice!



MyaRosa 16/05/2011 18:43



Tu me donnes furieusement envie de lire un livre d'Agatha. J'en ai justement quelques uns dans ma PAL et il faut vraiment que je poursuive ma découverte de cette auteure. Jusqu'à maintenant, j'ai
toujours passé un très bon moment.



Evilysangel 16/05/2011 18:48



On passe vraiment de très bons moments avec Dame Agatha oui!... Bizarrement, j'en ai peu lu quand j'étais adolescente et du coup j'en ai plein à rattrapper maintenant


Pour le prochain A. Christie, je vais me lire une histoire de Miss Marple...