Grand Voyage en Autocar : Pas du Tout Peinard!...

Publié le par Evilysangel

http://3.bp.blogspot.com/_9dPzAAdA608/TFIk3wC388I/AAAAAAAAADE/6jycHZBZPFc/s1600/bus_eurolines.jpg

On a voulu faire vite, parer au plus pressé : on s'est peut-être un peu trop précipité. on n'a pas trop réfléchit à vrai dire. Et on a prit des billets d'autocar pour aller au Portugal...

Mal nous en a prit!... Quelle galère!... Un périple?!... Une vraie expédition devrais-je dire!...

 

Pour te situer un peu le truc, je vais tenter de te raconter les choses dans l'ordre. C'est un petit peu long quand même, alors prends toi une tasse de thé, chocolat, cappuccino, au choix... Mets-toi à l'aise sur ton siège et pars avec moi...

 

Le premier problème rencontré pour ce voyage au long cours : l'heure de départ.

Sur les billet était spécifié 18h pour l'heure de départ, avec une indication comme quoi il était plus prudent de se trouver à 17h au quai de la gare routière pour la mise en soute des bagages... Nous, précautionneux, on se pointe vers 16h45... Notre amie, venue nous emmener en voiture s'en rentre chez elle, nous souhaite bon voyage, et là, l'attente commence... On fait un petit aller-retour aux toilettes... Chacun son tour, c'est plus drôle... Sans oublier que, dehors ça caille un max et qu'au moins, le temps d'être aux toilettes, on est plutôt au chaud... Ah oui, j'ai oublié de te dire : la gare routière est en plein vent, complètement ouverte, avec à peine une petite avancée de toit pour te protéger de la pluie... Ce jour-là, justement, il pleut... Il pleuviote quoi... Mais surtout, il fait très froid!... Emmitouflée, mes deux hommes m'entourant pour qu'on se tienne tous chaud : j'ai quand même les dents qui claquent et les doigts gelés...

 

Pendant ce temps là, d'autres voyageurs s'en viennent sur le quai d'embarquement. Il commence même a y avoir foule. Tout le monde attends. Fais les cents pas et se caille autant que nous. Il y a là deux familles et beaucoup d'hommes seuls qui voyagent plus ou moins à deux ou trois à ce qu'il semble...

 

Finalement, à la limite de la congélation, on voit arriver le car. Il est 19h!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le voyagiste avait oublié de spécifier que c'était 18h, heure portugaise!... Donc, une heure de décalage par rapport à la France!... Qu'importe, on était presque trop content de se mettre au chaud pour avoir envie de râler. On a mis les bagages en soute et on est monté s'installer au chaud. Nous sommes trois, l'un de nous est forcément seul sur deux sièges, c'est moi qui m'y colle.

 

Pour info (et parce que c'est vachement moins drôle sans ça), au moment du départ, je suis fiévreuse, je tousse beaucoup et j'ai le nez comme une patate. Donc j'ai pris mes précaution avec des cachets contre le rhume, la fièvre et touti quanti... Résultat : je suis à moitié ensuquée et je somnole beaucoup... Je n'ai quasiment rien vu du voyage dont la première partie s'est faite de nuit de toute façon. Des arrêts à n'en plus finir... J'ouvrais les yeux et nous étions dans une nouvelle ville à chaque fois : Montpellier, Narbonne, Toulouse, Tarbes et je ne sais plus trop quoi d'autre... Passé la frontière, l'Espagne s'ouvre à nous. Avec encore des arrêts, d'autres personnes qui montent, qui s'installent. La place à côté de moi finit par être occupée par une demoiselle toute calme qui passera son temps à écouter de la musique et envoyer des sms sur son téléphone...

 

http://blog.eurail.com/wp-content/uploads/2008/06/eurolines.jpg

 

Pendant cette première partie du voyage, les conducteurs ont eu la délicate attention de nous passer... heu...  des films. Un "Van Damme" et un "Chuck Norris" en espagnol sous-titrés en portugais... L'éclate totale quoi!... Surtout entre 20h et Minuit quoi!... Un pur délice!... Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr.............

 

Au petit matin, vers 8h, heure française, on se retrouve sur une immense aire de repos où l'on doit changer d'autocar. Là c'est une grosse pagaille, une vrai foire d'empoigne!... Les chauffeurs nous virent font descendre du car, le ferme et s'en vont en nous laissant un petit papier avec le numéro du car qui va nous prendre en charge ensuite. Arrivés devant l'autre car, on est bloqué. Eh bé oui!... Le dit car est fermé, les chauffeurs sont absents, les passagers qui sont venus avec ce car attendent de récupérer leurs bagages, eux, tandis que nous on est perdus là, au beau milieu, sans les nôtres... Après une petite demi-heure d'énervement, de va-et-vients entre l'ancien et le nouveau car, on ré-embarque les bagages et nous avec... Direction Portugal!... Ouf!...

 

Là, on est moins  nombreux et j'ai de nouveau deux sièges complets pour moi. Et c'est pas plus mal vu que je commence à avoir les jambes qui ont doublés de volume!... La station assise prolongée, plus le chauffage directement aux pieds ont eu raison de mes problèmes de mauvaise circulation dans les jambes...

 

Toujours un peu ensuquée par les cachets, le mal de tête et les jambes qui enflent n'ont pas arrangés ce début d'angine, grippe ou je ne sais trop quoi qui m'envahit. On a encore droit à un film en V.O doublé en je ne sais plus quoi : je n'ai même pas la force de lire les sous-titres, de m'y intéresser un tant soit peu...

 

Après de multiples arrêts (uniquement pour embarquer ou débarquer des voyageurs les arrêts, hein!... Seuls trois arrêts plus ou moins longs nous ont permis de se défouler les jambes, manger et aller aux p'tits coins pendant l'aller!!!...), arrêts pour ne parfois laisser descendre qu'une seule personne, de multiples détours et charri-varri : on arrive enfin à destination!... Portugal - Pombal : terminus!... Réceptionnés par le Papa de Monsieur Doudou, je n'ai pas pipé mot des 15 minutes qu'aura duré le trajet entre la gare routière d'arrivée et le domicile de mes beaux-parents : j'étais exténuée, lessivée, incapable de parler, incapable de penser.Je me suis laissée guidée, servir à table et je n'ai quasiment pas parlé!... Une douche et au lit!...

 

Pour le retour, ce fût bien pire : j'avais toute mon énergie puisque je n'étais plus malade.

 

Partis en milieu de mâtinée, le voyage a été plutôt agréable jusqu'au changement de car. J'ai même pu apprécier le film qui n'était pas trop mauvais en plus ("Des Hommes d'Honneur" avec Robert de Niro), malgré le fait qu'il était en anglais sous-titré en portugais. L'anglais je le comprends à peu près et les sous-titres je finissais par en comprendre le sens après avoir baigné quinze jours dans la culture portugaise, avoir vu les journaux télévisés et autres émissions de divertissement dans la petite lucarne...

 

Là où ça s'est gâté, c'est quand on a fait le changement de car en Espagne!...

 

Déjà, il faisait nuit. Il était environ 20h. Après une grande pagaille, encore plus foldingue qu'à l'aller (aussitôt descendu de notre car, il s'est barré et on ne l'a plus vu pendant un quart d'heure...), on s'est malencontreusement retrouvé dans les dernières places, au fond du bus, en compagnie de tout un groupe de jeunes hommes ainsi que d'une jeune maman voyageant seule avec deux enfants en bas âge, dont un encore dans le cosi. La maman et les enfants ayant investi la grande banquette du fond, alors que c'est moi qui l'avait prise en premier!... J'ai dû me résoudre à lui laisser la place. Non sans me faire traiter de "connasse de française"... Les jeunes hommes, dont un, ont passé leur temps à faire du charme à la jeune femme qui, entre nous soit dit, s'est bien laissée courtiser. Dans un moment de calme on a pu entendre bien des bruits bizarres, sentir des mouvements excessivement étranges sur un double siège d'autocar... Mais bon... Je ne suis certaine de rien, c'était peut-être le chat, hein... (Je te raconterai un jour cette histoire de chat...). Tout ce beau monde parlait fort, riait fort, pérorait beaucoup aussi (Monsieur Doudou a pu me raconter combien le jeune homme s'était fait mousser en racontant diverses anecdotes aux autres), faisait des aller-retours aux toilettes, échangeait leurs places... Un beau bordel quoi!... Jusqu'à 3h du matin!!!...

 

J'aime autant te dire que j'ai apprécié de pouvoir changer de place aussitôt que le premier arrêt en France a permis de libérer quelques places plus avant, avec les voyageurs qui étaient descendus...

La fin du voyage, même si nous étions tous les trois bien las, s'est passé dans le calme. Les zigotos du fond devaient être fatigués eux aussi...

 

Ce qui a été assez drôle pendant ce voyage, c'est qu'à l'aller, on était impatient de découvrir le Portugal, les maisons, les panneaux routiers, les routes immenses et quasi vides...

Tandis qu'au retour, on a été ravi d'entendre de nouveau parler français à la radio, de voir des noms de villes françaises s'afficher sur les panneaux verts, de voir des gens traverser les rues, marcher, bien habillés, pour aller travailler... 

 

Ce que je retire de tout cela c'est que je me suis rendue compte à quel point on forme une vraie famille soudée et solidaire tous les trois avec Monsieur Doudou et Fashion Ado... On s'est aidé, soutenu, accompagné tous les trois... Et j'ai adoré ressentir cette magnifique sensation, cette bouffée d'émotion pure, lorsque l'un flanchait et que les deux autres l'épaulait pour lui rendre le voyage moins fastidieux...

 

Ce que je retiens par contre, c'est que la prochaine fois, je m'y prendrais plus à l'avance et on prendra l'avion!... Nah!...

 

Prochainement, je te ferai quelques billets pour te raconter la vie au Portugal... Aller au supermarché, à la Poste ou acheter des fleurs au Portugal : toute une aventure...

 

@+ tard...

P.S : Je tiens à spécifier que les deux photos de ce billets ne sont pas de moi, mon A.P.N était au fond du sac. Ces photos ont donc été "piochées" sur Gougueule. Si quelqu'un venait à se reconnaître sur la seconde, qu'il me le dise que je puisse mettre le crédit photo...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans 3615MyLife

Commenter cet article

autocariste Paca 19/10/2012 21:44


Bravo pour votre site ! Très bonne initiative.

francoise 22/09/2011 16:45



pour ne pas être déçue la prochaine fois ...  je suis à votre disposition ..  bonne apres midi



Carole Nipette 21/01/2011 13:56



Quel courage! je crois que je préfère faire le voyage en voiture quitte à être sur la route...


Mes voyages en car remontent à très très loin!


Bisous



Evilysangel 22/01/2011 13:39



C'est sûr que si on avait eu une voiture, j'aurai bien mieux aimé... Au moins, on est libre de s'arrêter quand on veux, de flâner, de passer par des petites routes si on en a envie...
Mais bon, maintenant on a plus que la petite camionnette de l'entreprise avec seulement deux places à l'avant, donc c'était pas possible de faire autrement... Enfin si : en avion bien sûr!...




SylvieW26 21/01/2011 06:44



Eh bé, quel périple !!! C'est clair que c'est un truc de dingue en bus !!!


Une année en été, ma maman et moi y étions parties toutes les 2. Je ne me rappelle pas gd chose (j'avais 9 ans) si ce n'est une attente interminable dans une
gare en Espagne, nous avions fait un mixte bus/train.


Je la vois ce soir, j'essaierais de lui demander si elle se rappelle un peu.


Ce qui est sûr, c'est qu'elle ne se sentait pas bien: et pour cause, elle était au début de la grossesse de mon frère, mais elle ne le savait pas encore à ce
moment-là....


A + coupine !!!



Evilysangel 22/01/2011 13:36



Mon homme aussi n'avait que de très vagues souvenirs de ses voyages en train avec sa maman lorsqu'il était petit... Mais c'est sûr que la prochaine fois on prendra l'avion!...


A l'aller comme au retour, on a eu des mamans avec des enfants très jeunes et j'imagine bien comme ça a dû leur paraître bien long à ces pauvres loulous...


C'est super agréable de te voir par chez moi Coupine!... J'essaie de me faire ma page dans le week-end pour pouvoir de nouveau papoter avec vous toutes...



Sandra 19/01/2011 17:18



JE voyageais en car quand j'étais plus jeune, maintenant je déteste ça, j'ai besoin d'un certain confort huhu et je sais pourquoi en te lisant!



Evilysangel 22/01/2011 13:33



Ce fût la première fois et je peux te jurer que ce sera la dernière!...