"Ne Tirez pas sur l'Oiseau Moqueur" - Harper Lee

Publié le par Evilysangel

Oiseau Moqueur

Résumé Éditeur :

"Dans une petite ville d'Alabama, à l'époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs au États-Unis -, connu un tel succès.

Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier? C'est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l'enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la «court story» américaine et du roman initiatique.

Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur» s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde entier."

 

Que dire de plus de ce roman après en avoir noté ici la quatrième de couverture?...

Que pendant toute ma lecture j'ai été bercé par la moiteur du Sud profond de l'Amérique, que je me suis terriblement amusée aux côtés de Jem et Scout?... Que j'ai ri, pleuré, frissonné, allant même jusqu'à trembler de peur en découvrant leurs "aventures"? Que je me suis indignée, que j'ai eu envie de crier et de donner de nombreuses paires de claques à qui de droit tout au long du récit?... Oui! Ça aussi je peux te le dire... Parce que, même si la trame de ce roman est axée sur le fameux procès, ce n'est pas son unique contenu. Bien loin de là, même!

 

L'action se passe dans les années 30, dans une ville du Sud profond, Maycomb, où un Noir est accusé de viol sur une Blanche. Atticus Finch, homme de loi honnête et consciencieux, est commis d'office pour le défendre. Et il va le faire avec une intense conviction, envers et contre tous.

Mais ce procès, bien qu'il occupe une bonne partie du livre, n'est pas le centre du récit pour autant. Au travers de la vie de Scout et de sa famille, on observe la société de l'époque. Les bonnes moeurs, les histoires cachées ou les comportements de certains sont largement évoqués au travers du regard de cette fillette de 6 ans qu'est Scout dans les débuts du roman.

 

J'ai adoré la relation de Scout et de son grand frère Jem avec leur père Atticus, tout comme la place toute particulière que ce dernier donne à Calpurnia, leur servante de couleur. Traitée comme une égale, elle tient un grand rôle dans l'éducation des enfants. Miss Maudie, leur voisine la plus proche, est également un personnage prépondérant dans la vie de ces deux enfants extraordinaires. Elle sera le témoin de leurs jeux et de leurs sottises en même temps qu'une confidente importante pour Scout. Elle aidera la fillette a avoir un autre regard sur les gens et les événements.

 

Au fil du roman, Jem devient un adolescent et les faits inhérents au procès auront un fort impact sur sa prise de conscience du monde qui l'entoure. Scout, elle, reste dubitative, mais toujours très enjouée et tellement confiante dans la gent humaine... La scène où elle intervient en interpellant Mr Cunningham, lorsque les hommes se présentent en masse devant Atticus qui garde la porte de la prison, désamorce immédiatement toutes velléités de leur part. On sent la tension d'un camp comme de l'autre. Et cette petite puce innocente parvient, avec quelques phrases simples d'une conversation qui pourrait paraître banale, à remettre les choses à leur place : Atticus ne fait qu'être un avocat qui défend un accusé et personne ne peut s'en prendre à eux pour cela...

 

Vive, gaie et toujours prête à découvrir le monde et les choses de la Vie, ces traits de caractère en font un personnage absolument délicieux et très attachant. Tout comme Jem, Atticus ou Dill d'ailleurs... On passe du rire aux larmes, d'une tension palpable à une gaieté débordante auprès de cette famille hors du commun.

 

Bien que l'action se situe au moment de la Grande dépression qui frappe les États-Unis après le crack boursier de 1929, Atticus reste un personnage qui ne se dépare jamais d'une certaine élégance, et dans sa façon de se vêtir, et dans sa façon de se mouvoir. Lui et ses enfants vivent petitement, mais ils ont des valeurs et des "codes" de conduite instaurés de longue existence de part leur "rang" familial, puisqu'ils appartiennent à une grande famille du Comté. Ceci ne les empêche cependant pas d'être proche des petites gens et de les considérer avec le plus grand respect, contrairement à la soeur d'Atticus qui, elle, traite dédaigneusement tous ceux qui lui semblent en dessous de sa condition. Bien que son attitude change et qu'une certaine prise de conscience s'opère chez elle sur la fin de l'histoire, c'est un personnage que je n'ai pas tellement apprécié... Mais elle est aussi là pour contrebalancer et faire ressortir l'éducation pleine de confiance et de compréhension qu'Atticus donne à ses enfants... Un peu comme pour la faire ressortir, donc...

 

Bien évidemment, entre les "bêtises" que Scout, Jem et Dill font pendant les vacances, leur sempiternelle attirance envers Mr Radley, personnage entouré de mystères à leurs yeux, les bagarres de Scout à l'école et sa déception de ne pas pouvoir lire dans ce lieu d'apprentissage qui bride ses élans de liberté, les petites surprises dans l'arbre, les descriptions de certains voisins, l'incendie de la maison de Miss Maudie ou le chien enragé qui surgit en pleine rue, on a de quoi faire pour apprendre à connaître et apprécier tout ce petit monde... Mais le moment que j'ai préféré, c'est quand même le procès!

 

Jem et Scout on alors la vision de la pleine teneur du talent de leur père dont ils se sont longtemps demandé quel pouvait être son talent à lui, en comparaison de ceux de leurs petits camarades qui répétaient à qui mieux mieux "Mon Père, ceci! Mon père cela!"... Jem en est tout ému, Scout en est si fière!... Et Atticus est alors grandiose!... Ce qui en découlera m'a fait trembler, je l'avoue! J'ai eu tellement peur que la fin du roman soit tragique...

 

Il y aurait tant à dire sur ce roman qu'un seul billet n'y suffirait pas... Il est tellement dense et riche en émotions... L'auteur, qui n'a plus jamais rien fait publier ensuite, a su donner une vraie épaisseur à ses personnages, quels qu'ils soient, du plus présent à ceux qui ne font que passer, que l'histoire ne connaît pas de longueur, ni de répit, dans son déroulement. Ce que l'on pourrait prendre pour des lenteurs dans les débuts du livre ne sont là que pour "poser" l'ambiance et le décor de ce qui va se dérouler ensuite. Pour comprendre l'impact que le procès aura sur la famille Finch, il faut d'abord les connaître et saisir tout la finesse et l'amour des liens qui les unissent entre eux, ainsi qu'avec leurs proches, voisins ou amis...

 

Pour parfaire ma lecture, j'ai voulu ensuite voir le film.

Intitulé "Du Silence et des Ombres" en français, il sort sur les écrans en 1962 au U.S.A (soit 2 ans à peine après la publication du roman) et reçoit 3 Oscars, dont l'Oscar du Meilleur Acteur Masculin pour Gregory Peck qui interprète Atticus Finch.

J'étais donc assez impatiente de le voir et toute prête à succomber aux délices du film comme j'avais été envoûtée par le roman... Hélas, le charme n'a pas vraiment opéré!... Gregory Peck est effectivement absolument sublime dans le rôle d'Atticus et il a su retranscrire exactement l'homme que Harper Lee nous présente dans son roman... Par contre, je n'ai pas vraiment accroché à la jeune actrice qui interprète Scout!... Je l'ai trouvé banale et bien moins attrayante que la Scout du livre. De plus, Jem est bien plus mis en avant qu'elle par rapport au récit... Il y a également Miss Maudie qui est à peine montrée dans le film alors que son rôle auprès de Scout et si important et si longuement évoqué dans le livre. De plus, on nous la présente quasiment comme une éventuelle "compagne" d'Atticus. Surtout quand elle s'invite au petit-déjeuner, le premier jour d'école de Scout... Alors qu'il me semble bien que dans le livre, mis à part quelques phrases et gestes de courtoisie, ils n'ont, Atticus et elle, presque aucune "scène" ensemble... Dites-moi si je me trompe, hein...

 

Et, comble du comble! Là j'ai vraiment enragé et fait un sacré bond sur mon divan : la fameuse réplique qui donne son titre, et tout son sens, au roman (page 144) est prononcée par Atticus alors que c'est une réplique de Miss Maudie dans le roman!!!... Alors, oui, je suis d'accord pour dire qu'il est compliqué de mettre tout les éléments du roman dans un film, dusse-t-il durer plus de 2 heures, mais là j'ai vraiment décroché!... Le film reste cependant un très bon moment de cinéma et un témoignage marquant d'une certaine retranscription du livre. La scène du procès est absolument magnifique et les dialogues y sont retranscrits quasiment au mot près!... Mais, bon!... Voilà quoi!... Je ne peux pas dire que je l'ai aimé ou détesté, mais je conseille fortement de lire le roman avant tout!!! Le film reste un support supplémentaire... simplement.

 

Je vais en rester là pour cette chronique, bien que j'ai l'odieuse impression de ne pas avoir tout dit sur mon ressenti à propos de cette lecture sublime... Mais si je continue, tu vas finir par t'endormir devant ton écran... Sache simplement que ce roman est un gros gros coup de coeur pour moi, et qu'il faut absolument que tu le lises! Voilà...http://www.mescoloriages.com/images/mini/coeur.gif

 

Castle17-copie-1

Lu dans le cadre de "Mes Lectures Communes" avec Miss Mia.

Challenge Animaux

Lu dans le cadre du "Challenge Animaux du Monde" de chez Sharon.

Challenge Petit Bac

Lu dans le cadre du "Challenge Petit BAC" Catégorie "Animal" de chez Enna.

 

Références : "Ne Tirez pas sur l'Oiseau Moqueur" (To Kill a MockingBird) - Harper Lee - Éditions Livre de Poche - Février 2010 - 448 pages - 6.50€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Mon Coin Lecture.

Commenter cet article

lasardine 27/09/2011 17:56



je l'ai découvert aussi il n'y a pas longtemps et le considère désormais comme un incontournable!



Evilysangel 30/09/2011 16:17



C'est vrai que, maintenant que je l'ai lu, je le classe volontiers dans les "Incontournables"!



stephy21 22/09/2011 11:18



j'en ai lu que du bien !!! j'ai hate de le lire



Evilysangel 23/09/2011 10:58



Et j'espère que tu seras tout aussi ravie que moi par cette lecture magnifique... C'est un livre à savourer, vraiment!



Elora 16/09/2011 08:56



Un livre que j'ai lu pour une LC en 2010 et que je n'ai pas vraiment apprécié



Evilysangel 17/09/2011 16:18



C'est vrai que la première partie semble parfois un peu longue... On se demande où l'auteur veut en venir... Mais, au final, on finit par comprendre que c'est une mise en place pour mieux
appréhender la deuxième partie...



Frankie 15/09/2011 23:51



J'avais aussi adoré ce livre puisqu'il fut ma lecture préférée en 2010. Quand je te lis, je me remémore tout ce que j'ai aimé quand je l'ai lu et en particulier Scout et les Finch. J'ai aussi le
film mais je n'ai toujours pas trouvé le temps de le regarder.



Evilysangel 17/09/2011 16:17



Je crois qu'il a été coup de coeur chez beaucoup de lectrices ce roman... Comme quoi, quand c'est un bon roman, il plait en nombre... J'aime bien lire des avis sur des romans que j'ai
déjà lu aussi... On se replonge dans notre propre ressenti et c'est bien agréable... Si tu vois le film, peut-être que tu seras plus emballée que moi, mais j'y ai trouvé beaucoup trop de
raccourcis un peu faciles... Dommage...



enna 15/09/2011 20:33



Ca fait longtemps que j'ai envie de le lire et ton billet me donne encore plus envie!



Evilysangel 17/09/2011 16:13



J'aime beaucoup quand mon avis donne envie de lire le livre dont je parle... Et je suis flattée même... J'espère que tu sera conquise toi aussi... En tous les cas, c'est un roman qu'il
faut avoir lu au moins une fois dans sa vie de lectrice...